Eliette Abécassis wordt vijftig…

Eliette Abécassis wordt vijftig…

Morgen wordt de Franse schrijfster Eliette Abécassis vijftig jaar.

Begin 2008 heb ik twee zogenaamde thrillers gelezen over de Dode Zee-rollen, de “dead sea scrolls”, zoals men zegt en die werden ontdekt in 1947: “Het Judas Testament” van Daniel Easterman en “Het Qumran Mysterie” van Eliette Abécassis. Zoals gewoonlijk als ik voor het eerst een boek van een bepaalde auteur lees, haal ik vooraf een tekst van het internet om mijn eigen opmerkingen in een breder kader te kunnen plaatsen. In het geval van Abécassis was de best bruikbare tekst echter in het Frans (uit het magazine “Lire”), vandaar dat ik mijn commentaar dan ook maar in de taal van Molière (al is het bij mij wellicht eerder de taal van Louis de Funès) heb geschreven. Voor wie er tegenop ziet door dat Frans te ploegen, kan ik nu reeds verklappen dat het inderdaad niet de moeite loont. Qua thrillergehalte waren beide boeken een sof, al moet ik wel zeggen dat wie (net zoals ik) de boeken zou willen lezen om op een ontspannen manier wat meer te weten te komen over de Dode Zee-rollen, zich toch beter tot het boek van Abécassis kan wenden. Wat merkwaardig is, want Abécassis is van vorming een filosofe, terwijl Easterman een echte specialist in de materie is…
Eliette Abécassis naît à Strasbourg, dans une famille juive séfarade originaire du Maroc. Son père, Armand Abécassis, professeur de philosophie à la faculté de Bordeaux, est l’un des plus grands penseurs contemporains du judaïsme. Il est l’auteur d’un ouvrage de référence, Pensée juive (éd. Livre de Poche). Profondément pratiquante, Eliette Abécassis évoluera ainsi dans un environnement imprégné de religion et de culture juives. Après avoir suivi les classes préparatoires littéraires – hypokhâgne et khâgne – au lycée Henri IV à Paris et avoir intégré l’école Normale Supérieure de la rue d’Ulm, elle obtient l’agrégation de philosophie en 1993. En 1996 elle publie son premier roman, Qumran, aux éditions Ramsay, la seule maison d’édition à l’avoir accepté. Dans ce soi-disant polar métaphysique, un jeune juif orthodoxe enquête sur des meurtres mystérieux liés à la disparition de manuscrits de la mer Morte. Evidemment, on le compère tout de suite au “Nom de la Rose” de Umberto Eco, juste comme aujourd’hui on laisserait tomber le nom de Dan Brown et son “Da Vinci Code”. Moi-même, je serais plutôt incliné de le comparer à “L’histoire secrète” de Donna Tartt. Juste comme elle, Abécassis se plonge dans l’aventure de l’écriture romanesque avec un roman écrit à la première personne. Et tout comme Tartt elle s’introduit dans un personage masculin, ce qui pose évidemment des problèmes. Surtout l’histoire d’amour frole le ridicule. Enfin, c’est mon opinion, car la majorité a du en penser autre chose, quand on constate que le roman remporte un succès immédiat avec plus de 100 000 exemplaires vendus, et le livre est traduit dans dix-huit langues. En 1997 elle publie “Dans L’Or et la cendre”, son deuxième roman, Eliette Abécassis met en scène le Démon et la contagion du Mal. La même année, elle commence à enseigner la philosophie à la faculté de Caen. En 1998 publication d’un essai sur le mal, Petite Métaphysique du meurtre. Pour écrire le scénario du film israélien d’Amos Gitaï, Kadosh, elle s’installe pendant six mois à Mea Shearim, le quartier ultra-orthodoxe de Jérusalem, où habite aussi Ary Cohen, “l’auteur” (puisque comme je disais le livre est écrit à la première personne) de “Qumran” d’ailleurs. Centré sur la condition de la femme chez les juifs orthodoxes israéliens, le film est sélectionné à Cannes en compétition officielle et manque de peu le prix du scénario. 2000 La Répudiée, roman inspiré de son scénario pour le film Kadosh, trace le portrait de deux sœurs juives aux destins contraires. Mars 2001 Elle reçoit le prix des Ecrivains croyants. Mai 2001 Eliette Abécassis publie “Le Trésor du Temple”, la suite de “Qumran”. Les deux “héros” (!), Ary Cohen et Jane Rogers, y mènent une enquête haletante autour du secret du Temple de Jérusalem. Dans “Le trésor du temple” elle évoque la question du fanatisme musulman à travers une secte. Juin 2001 Elle se marie à Jérusalem. Juillet 2001 Avant-première du court-métrage, La Nuit de noces, qu’elle a réalisé d’après un scénario co-écrit avec Gérard Brach. Elle travaille ensuite au troisième volet de sa série « métaphysique ». 2002 Mon père, édité chez Albin Michel est sur la liste du prix Goncourt et du prix Femina. Son best-seller, Qumran, est décliné en bande dessinée par Gémine et Makyo. Prévue en 4 volumes, cette adaptation est validée par Eliette Abécassis.

Lees verder “Eliette Abécassis wordt vijftig…”

“Het labyrint van Venetië” van Jonathan Holt

52 marcel torfs en greta de roeckHet laatste boek dat ik heb gelezen is “Het labyrint van Venetië” van Jonathan Holt. Het is het eerste deel van de zogenaamde “Carnivia Trilogie”. Bij mijn weten zijn deel twee en drie nog steeds niet verschenen, maar er wordt wel van uitgegaan dat dit een onvermijdelijkheid is.
Lees verder ““Het labyrint van Venetië” van Jonathan Holt”