Het is vandaag precies honderd jaar geleden dat de Henegouwse bariton Jean Noté is overleden. Hij werd tijdens zijn militaire dienstplicht ontdekt door Adolphe Samuel, de directeur van het Gentse conservatorium. Uiteindelijk zou hij zelfs tot in de Metropolitan geraken. Er bestaan reeds opnamen van hem uit 1898 op cilinder.

Enfant de mère célibataire, Jean Noté fréquente peu l’école à Tournai, où il est né. Il quitte l’école à ses dix ans pour entrer dans un atelier de bonneterie comme garçon de peine. Il y devient très vite un des meilleurs ouvriers de la bonneterie Wattiez. À 14 ans, il est tambour de la garde civique. Pour se délasser, il participe aux sorties carnavalesques de la société populaire de la rue As-Pois, « les Porporas », fréquente le théâtre de la rue Perdue et chante le dimanche soir au café du Porcelet à la Grand’Place de Tournai. Il s’engage par la suite aux chemins de fer comme accrocheur de wagons à la suite du déclin de la bonneterie. Le soir, il fréquente l’Académie de musique pour y suivre le cours de solfège du professeur François Lourdeau.

Il est incorporé pour six ans, à la suite de la conscription et du tirage au sort, au 2e régiment d’artillerie à Malines. Il s’inscrit à l’école des sous-officiers et gagne les galons de maréchal des logis. En avril 1880, à la suite d’une rentrée plus que tardive à la caserne, il déserte à Lille préférant la fuite à la punition. Il songe d’abord à s’engager dans la Légion étrangère, mais se fait admettre comme homme de peine aux tramways et ensuite à l’établissement du gaz. Il repasse la frontière belge le 10 août 1880 après avoir suivi les conseils de sa famille et de ses amis. Il est condamné à 28 jours de prison militaire, cassé de son grade et transféré au 1er régiment d’artillerie à Gand par le Conseil de guerre d’Anvers.

C’est en chantant aux concerts qu’organisent entre eux ses camarades de régiment que Jean Noté se fait remarquer par un officier, pour la puissance et la beauté de sa voix. Il s’inscrit au Conservatoire royal de musique de Gand, avec la permission de son chef de corps. En 1884, Noté en sort avec les premiers prix de chant et déclamation lyrique. En 1885, il débute à l’Opéra de Lille dans Lucia di Lammermoor et Hérodiade. Il est engagé comme baryton de grand opéra au Théâtre royal d’Anvers où, de 1887 à 1889, il brille dans toutes les œuvres du répertoire. Ce n’est qu’en devenant pensionnaire de l’Opéra de Lyon qu’il a l’occasion de créer des rôles, dans EsclarmondeLohengrin et Tannhäuser, qu’on joue pour la première fois en France. Il attire l’attention des directeurs de l’Académie nationale de musique de Paris après un énorme succès à Marseille dans ses deux rôles favoris de Guillaume Tell et de L’Africaine. Sa création du rôle d’Hamilcar dans Salammbô décide de son engagement à l’Opéra de Paris, où il débute dans Rigoletto le 6 mai 1893. Dès lors, le nom du puissant baryton ne cesse de figurer au programme du répertoire de l’Opéra. Il chante le rôle d’Alberich dans la première française de Siegfried de Richard Wagner à l’Opéra de Paris, le 3 janvier 1902. (Wikipedia)

Geef een reactie

Vul je gegevens in of klik op een icoon om in te loggen.

WordPress.com logo

Je reageert onder je WordPress.com account. Log uit /  Bijwerken )

Twitter-afbeelding

Je reageert onder je Twitter account. Log uit /  Bijwerken )

Facebook foto

Je reageert onder je Facebook account. Log uit /  Bijwerken )

Verbinden met %s

Deze site gebruikt Akismet om spam te bestrijden. Ontdek hoe de data van je reactie verwerkt wordt.